Tag: musée

#093: Se perdre dans le Victoria and Albert Museum

Share Button

Encore un musée “inratable” que vous allez rater par manque de temps, ou de motivation. Quel dommage, pourtant. Le V&A recèle bien des surprises pour le visiteur un peu curieux. Véritable vide-grenier de l’empire britannique, ce beau monument abrite les vieilleries entassées par la famille royale au fil des siècles. Oui, c’est ça : c’est un grenier, en moins poussièreux, et plus présentable (le lecteur appréciera ici mon sens redoutable de l’analogie).

Ainsi, il est assez difficile de le caractériser ce musée. Musée… de quoi ? “D’arts décoratifs”, nous dit la pancarte. C’est bien, mais c’est vague! Vous y trouverez tout ce qui est à même de faire joli dans un salon de bon gout : toiles de maitres, sculptures classiques (une salle des statues gigantesque qui vaut le coup d’oeil), objets rares dignes d’indiana jones, mais aussi vêtements de haute couture, des films de l’époque ou on aurait brulé les gens qui prononceraient le mot “cinéma”, et une salle de photo historiques disposant d’une expo temporaire, toujours de qualité. Des objets de l’Antiquité sumérienne cotoyant le pop-art du XXIe siècle.

Le tout, dans une présentation qui fait fi du classicisme pour mieux surprendre le visiteur. Tantôt une salle aux dimensions cyclopéenne plongée dans la pénombre pour présenter des travaux de Raphaël, tantôt des tapis persans sous éclairage high-tech, ou encore des bottes italiennes ou un lustre psychédélique créé spécialement pour le musée.

Bon, il est vrai qu’il est moins accessible que son voisin le Natural History Museum, et moins attrayant pour les enfants turbulents que le Science Museum, mais j’ai été quand même intrigué par l’aspect “caverne d’ali baba”. Un lieu étonnant, à voir au moins une fois.

#081: Visiter le Science Museum

Share Button

J’aime bien la science. Elle nous a donné des trucs vachement sympa comme les chauffe-serviettes, par exemple. Qu’y a-t-il de meilleur, sur cette planète, que la sensation ouatée d’un peignoir chaud sur sa peau, après une douche, surtout en ce moment, alors que le tracas des equinoxes nous impose la tombée de la nuit dès l’heure du goûter? Ah, tiens, les équinoxes, encore une chose que la science a su très bien expliquer d’ailleurs. Eh oui, la science est partout, mais si vous passez à Londres, elle est surtout au Science Museum.

Un chouette endroit, drôlement bien fait, ou petits et grands trouveront tous leur compte. Le problème est que, comme pour les autres musées du coin, il y aurait de quoi y passer 2 semaines dans ces étages sans fins. Et encore, sans essayer les 3 cafés et restaurants que compte le lieu !

Le rez de chaussée est une sorte d’hommage aux inventions de l’ère moderne, à commencer par les machines à vapeur, jusqu’aux ordinateurs, en passant par les engins spatiaux (avec l’inrattable module de commande d’apollo 10, et le module lunaire, grandeur nature). Le troisième étage est rempli de simulateurs dignes du futuroscope.

Les deux derniers sont dédié à la biologie et à la médecine. D’ailleurs, ils sont souvent vides, le troisième étage attirant inexorablement les foules, et se ballader dans des couloirs desertés, au milieu des scènes figées de salle d’opération, est assez… hum, intriguant en fait!

#053: Se refugier dans les War Rooms

Share Button

Si l’histoire de la seconde guerre mondiale vous branche, outre le Britain at War museum, vous avez, dans un tout autre style, les Cabinet War Rooms (et son musée Churchill). L’idée est vous faire promener à l’endroit même ou s’est décidé le sort de l’ile pendant le conflit, sous les bâtiments gouvernementaux, à Westminster. L’entrée est difficilement trouvable: et pour cause, ce QG est resté secret, au point que les voisins n’ont pas soupçonné son existence!

Si le “Britain at War” est plus orienté “vie des civils”, ce musée traite exclusivement du commandement en chef, comment il a vécu, pris ses petits déj’ et fait des graffitis anti-Hitler sur les cartes stratégique murales.

Inclus dans les locaux, le musée Churchill, contenant grosso modo tous les détails de sa vie (De ses discours, jusqu’a son pyjama en vélours) est étonnament vaste et moderne. Immenses tables interactive et tactiles, discours à lecture automatique (ils ne commencent que lorsque vous passez à coté, ce qui est perturbant la première fois), et bien d’autres choses…

Seul bémol, le prix, qui reflète ce fratras technologique : 12 pounds aux dernières nouvelles.

Web: http://cwr.iwm.org.uk

Localisation: En face de Saint James’s Park, au début de King Charles Street (à droite des escaliers).

#052: Faire Coucou à L’Autre Bout du Monde

Share Button

On inaugure un nouveau format… la vidéo !

Au fait, c’est aussi passé sur France Inter, au journal de 19 heures du samedi 24 mai; ce qui explique le feeling un peu “radio” du commentaire.

http://www.youtube.com/v/piLNqIrsWx4