#041: Etre perplexe devant une partie de Xiangqi à Chinatown

img_6134.jpg

De temps en temps, le soir, au fin fond de Gerrard Street, une petite assemblée contemple, l’air impassible, les enjeux dramatiques d’une partie d’échecs chinois (enfin j’appelle ça “échecs chinois” mais c’est probablement Xiangqi le mot, merci Wikipédia). Sous la pagode, deux adversaires échangent dans un silence absolu, et un sérieux intimidant (surjoué?) des coups incompréhensibles pour l’occidental moyen que je suis.

This Post Has One Comment

Leave a Reply

Close Menu